L’immobilier multiplié par 10.000 depuis 1900, c’est le Pérou !

Quand on croit que c’est simple, c’est souvent parce que c’est un peu plus compliqué.

En effet devez-vous notamment prendre en compte l’inflation et la fiscalité qui montrent que si le prix est multiplié par 1.000, la capacité monétaire réelle qui en résulte en est souvent très éloignée : c’est ce que l’on appelle la « valeur nominale » en économie à savoir l’estimation d’une valeur au moyen de la monnaie actuelle et prenant compte de l’inflation. Un prix de 1.000 en 1960 n’aura donc pas la même valeur en 2017.

Cela n’invalide pas pour autant l’optimisme récurrent des journaux tant il est vrai que les prix de l’immobilier français ont constamment monté ces cent-vingt dernières années et que la courbe générale montre que même les deux guerres mondiales n’eurent qu’un temporaire effet négatif.

Aussi, le marché immobilier français est-il pour maintes raisons moins volatil que son homologue américain puisqu’il est rare de voir les prix chuter de plus de 10% sur un an en France alors qu’il arrive parfois de constater 30% de baisse dans certaines régions aux Etats-Unis comme ce fut le cas à l’occasion de la crise des subprimes en 2008.

CGEDD, INSEE, france-inflation.com

Partie 1 : Pourquoi est-ce toujours « le moment » d’investir dans l’immobilier ?
Partie 2 : L’immobilier multiplié par 10.000 depuis 1900, c’est le Pérou !
Partie 3 : Dois-je en déduire que c’est donc toujours « le moment » d’acheter ?

Pour afficher votre bannière, cliquez ici